Rechercher
  • Thierry Bréboin

Pourquoi cette trilogie ? - Préambule

Mis à jour : 12 nov. 2019


« Les sociétés s'effritent lorsque ceux qui parlent ne savent pas, ceux qui savent ne font pas et ceux qui font ne parlent pas. »

Ibrahima Nour Diagne, penseur et économiste sénégalais


La découverte du film documentaire « Demain » de Cyril Dion et Mélanie Laurent fut à la fois un choc émotionnel et une bouffée d’oxygène.


Enfin ! me disais-je.


Alors que les médias nous informaient en continu des conséquences néfastes et catastrophiques de l’effondrement de notre écosystème Terre, « Demain » dressait une liste non exhaustive d’expériences abouties positives dans de nombreux domaines tels que l’agriculture, l’énergie, l’économie, la finance, la politique et l’éducation.

Cyril et Mélanie partirent aux 4 coins de notre planète en quête d’initiatives pour sauver notre Terre Mère et nos générations futures.


« Demain » participa à éveiller ma conscience sur notre capacité de prédation et, en même temps, que tout n’est pas perdu. Il existe des projets, des expérimentations, des réussites, … par dizaines de milliers autour de la planète démontrant que des solutions fonctionnent.

C’était en 2015.


Débordant d’enthousiasme et porté par un vent d’espoir nouveau, je retournais voir le film en salle trois fois avec mes enfants et mon entourage proche afin de les sensibiliser à ces enjeux prioritaires.

Je me demandais également. Et moi ! A mon niveau, que puis-je faire ?

La même année fut publiée le livre « Comment tout peut s’effondrer ? Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations » de Pablo Servigne et Raphaël Stevens, Seuil, 2015.

Confiné à des cercles d’initiés dans un premier temps, le bouche à oreille contribua au succès de cet ouvrage, lequel se hissa dans les meilleures ventes d’essais. Les médias s’emparèrent réellement du sujet à partir de 2018. Le terme de collapsologie venait de naître, faisait ses premiers pas dans un monde incertain, puis se répandait sur toutes les lèvres. Soudain, l’effondrement de notre civilisation thermo industrielle frappait à la porte de notre conscience et de nos dissonances cognitives.


Parallèlement, je poursuivais mes recherches. Je fouillais tel un archéologue à la recherche d’indices scientifiques prouvant et démontrant que les crises et effondrements ne sont pas seulement une vue de l’esprit.

Pendant plusieurs mois, j’ai ingéré une quantité astronomique d’informations. Les travaux de nombreux scientifiques ont confirmé mon intuition.


La synthèse qu’en fait Arthur Keller résume remarquablement les enjeux auxquels nous sommes confrontés. L’impact écologique que nous avons sur notre environnement, identifié par les ressources que nous prélevons, les déchets que nous produisons et les dégradations que nous infligeons sur le système Terre, ne fait que croître. En parallèle, la capacité bio productive de notre planète, c.-à-d. sa capacité à régénérer les ressources prélevées, à absorber les déchets et pollutions rejetés et, enfin, à réparer les dégradations infligées à la Terre Mère, est déficiente et s’amenuise de plus en plus.


Si la Terre Mère existait depuis seulement 24 heures, le premier Homme moderne apparu en Afrique il y a 300 000 ans n’aurait fouler son sol que depuis 6 secondes !

Imaginez, vous venez juste d’arriver chez votre hôte depuis quelques secondes à peine. Dans toute sa générosité, votre hôte est enclin à vous donner le gîte et le couvert pour une durée indéterminée. Et ce, sans contrepartie aucune. Vous traduisez cet accueil par un « open bar » sans limite. Sur le pas de la porte, à votre droite, une corbeille regorge de succulents fruits. Vous décidez alors de prendre une puis deux bananes jusqu’à épuisement du stock sans vous souciez des autres convives. Une fois avalé ces délicieux fruits, vous jetez les peaux de bananes à même le sol. Puis, vous attrapez le rideau situé à votre gauche et vous vous essuyez la bouche et les mains.


Comment réagiriez-vous si vous étiez l’hôte et le témoin d’une telle scène ?


La Terre Mère nous héberge. Nous sommes ses invités. Si nous continuons d’enfreindre les règles élémentaires de « savoir vivre », de reconnaissance, de bienveillance et de respect, elle pourrait nous indiquer la direction de la sortie.

Mais alors, que faire ?!


Face à un déclin programmé, le déclic se fit en deux temps.

Un passage dans l’essai de Pablo Servigne et Raphaël Stevens m’a beaucoup marqué.

« Presque tout se jouera sur le terrain de l’imagination et des représentations du monde. […] Nous avons grandement besoin de nouveaux récits […] des histoires qui raconteraient la réussite d’une génération à s’affranchir des énergies fossiles grâce, par exemple, à l’entraide et à la coopération. […] Écrire, conter, faire ressentir … ».


De même, Cyril Dion, fervent défenseur de l’utilisation de l’imaginaire, participa à cette mutation profonde qui s’opérait en moi.

Afin de transformer la société, sa pensée peut être résumée par la construction d’histoires ou de fictions suffisamment puissantes pour challenger et contrecarrer le récit dominant basé sur le consumérisme, la foi en une technologie salvatrice, l’idéologie capitalistique ou la sacro-sainte croissance infinie.

Ces sources d’inspiration m’indiquaient le chemin à suivre. Mais, je n’en avais pas encore pris pleinement conscience.


Puis, un soir de Novembre 2018, une voiture vint percuter ma jambe gauche, m’immobilisant pendant de long mois. Quelques semaines après cet accident, un flash illumina mon esprit. La trame du récit, le scénario, les personnages, les chapitres du début jusqu’à la fin m’apparurent avec une clarté éblouissante.

La trilogie « Après Demain » et son premier Tome « Polis » venait de jaillir de mon esprit, de mes tripes et de mon cœur. Mon corps tout entier avait convulsé tel une chenille se métamorphosant en un papillon. Je pris alors mon envol vers une destination inconnue mais, j’en étais certain, pleine de sens, car synonyme de renaissance.


Le récit que vous allez découvrir dans les pages qui suivent est très engagé. J’y dénonce une multitude de perversions. Je suggère également des alternatives au modèle dans lequel nous évoluons.

Après demain mêle l’Art et la Science. Ce roman d’anticipation a vocation à inspirer, à alerter, à mettre en mouvement nos concitoyens. Autrement dit, à se réveiller !

Je n’ai nullement la prétention de détenir la vérité. Polis n’est pas une prophétie. C’est un scénario possible compte tenu des éléments scientifiques dont nous disposons à ce jour. Humblement, je me définirais tel un messager participant à la prise de conscience et l’éveil de chacun et insufflant, je l’espère, un vent d’espoir.


Vous avez probablement remarqué l’existence d’une annotation dans ce préambule. Polis est un genre nouveau associant deux styles – Le roman d’anticipation et le livre d’investigation. Vous trouverez tout au long de l’ouvrage des notes auxquelles vous pourrez vous référer à la fin du livre afin de vérifier l’exactitude des faits ou, alors, approfondir le sujet.

Je dédie ce premier Tome à mes deux enfants, à ma compagne, à ma famille et à mes proches, mais aussi, à vous tous, aux générations présentes et futures.

Il est temps de se réveiller. C’est maintenant et c’est tous ensemble !


47 vues
 
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

©2019 par Thierry Bréboin. Créé avec Wix.com